Menu

Pour le nucléaire du futur

La participation de la France au développement des systèmes nucléaires du futur

Grâce à sa recherche performante et dynamique, la France s’engage pour le développement du nucléaire du futur. La France estime que la coopération internationale est essentielle pour concevoir une nouvelle génération de réacteurs plus compétitifs, plus sûrs, plus résistants à la prolifération et générant moins de déchets radioactifs à vie longue.

- Elle participe au Forum international Generation IV ainsi qu’au projet INPRO de l’AIEA.

- Elle a accueilli en mars 2013 à Paris, en coopération avec l’AIEA, la Conférence internationale sur le thème « Réacteurs à neutrons rapides et cycles du combustible connexes - technologies sûres et scénarios durables (FR13) ».

- Elle est engagée dans des études sur le projet ASTRID de réacteur rapide refroidi au sodium de 4e génération.

- Elle mène des réflexions dans le domaine des réacteurs de petite et moyenne puissance comme par exemple Flexblue, unité immergée de production d’énergie nucléaire.

- Elle exploite des infrastructures expérimentales de pointe portant sur le cycle du combustible et les réacteurs : laboratoires LECA, LECI, Atalante et le réacteur d’irradiation Jules Horowitz en construction.

- Elle étudie la construction d’un stockage géologique profond Cigéo pour les déchets hautement radioactifs.

- Elle est un participant actif de l’initiative IFNEC (ex-GNEP).

- Le réacteur ITER sera implanté sur le site européen de Cadarache en France.

- Elle participe au programme multinational d’évaluation de concepts (MDEP) qui a pour objectif d’améliorer l’efficacité et l’efficience du processus d’évaluation de la sûreté des nouvelles conceptions de réacteurs de puissance.

Mur d'images de la Direction de l'énergie nucléaire. Simulation pour la conception de réacteurs à neutrons rapides de 4ème génération. Crédits : P.Stroppa/CEAMur d'images de la Direction de l'énergie nucléaire. Simulation pour la conception de réacteurs à neutrons rapides de 4ème génération. Crédits : P.Stroppa/CEA

Partager