Menu

L’énergie nucléaire en bref

L’énergie nucléaire apporte une contribution essentielle à la satisfaction des besoins humains et au développement durable : dans les domaines de la santé, de l’industrie, de l’agriculture, de l’accès à l’eau et à l’énergie, de la protection de l’environnement. La communauté internationale doit s’efforcer de partager le bénéfice des utilisations civiles de l’atome, dans les meilleures conditions de sûreté, sécurité et de non-prolifération et dans le respect de l’environnement.

La production d’électricité

Aujourd’hui 72 réacteurs nucléaires sont en construction dans le monde, dont près des deux tiers en Asie. Il existe actuellement 435 réacteurs nucléaires en fonctionnement dans le monde qui fournissent 11% de la production mondiale d’électricité au 1er juin 2014 (Source : AIEA).

L’énergie nucléaire est une composante essentielle du système électrique français (75 % de la production d’électricité est d’origine nucléaire). L’objectif de la politique française dans ce domaine est de permettre et promouvoir un développement du nucléaire, en France et à l’étranger, respectant les plus hautes exigences en matière de sûreté, de transparence et de gestion des déchets, dans une optique de sécurité énergétique, de lutte contre le changement climatique et de compétitivité énergétique.

Avec un parc de 58 réacteurs répartis sur 19 sites, un modèle intégré, un retour d’expérience solide et une dynamique d’amélioration continue, la France est au premier rang mondial pour la part du nucléaire dans sa production électrique et dispose d’un savoir-faire nucléaire unique dont bénéficient de nombreux pays :

- conception et construction de réacteurs de 3e génération répondant aux standards les plus exigeants de sûreté, de sécurité, pour toute la durée de vie de l’installation, autour d’une gamme de différents réacteurs, avec le programme EPR pour référence (1 650 MWe), et le réacteur ATMEA1 (1 100 MWe),

- exploitation sûre et performante à long terme des réacteurs,

- services aux centrales en exploitation, incluant la maintenance, la gestion des arrêts de tranche, les opérations de modernisation et d’amélioration de la sûreté,

- maîtrise de l’ensemble du cycle du combustible et des services associés - de l’extraction de l’uranium en passant par le recyclage, le démantèlement/assainissement des installations jusqu’au stockage des déchets – contribuant à une sécurité d’approvisionnement durable et à une gestion sûre des matières.

Réacteur Osiris en fonctionnement, à sa puissance nominale de 70 MW. Crédits : PF.Grosjean/CEARéacteur Osiris en fonctionnement, à sa puissance nominale de 70 MW. Crédits : PF.Grosjean/CEA

En savoir plus sur :
- l’énergie nucléaire
- le cycle du combustible
- le fonctionnement d’un réacteur nucléaire
- Site du Département de l’énergie nucléaire de l’AIEA (en anglais)
- Site de la Représentation permanente de la France auprès de l’AIEA

Applications nucléaires non énergétiques

L’atome a également un rôle essentiel à jouer en dehors du domaine énergétique pour le développement socio-économique des pays les plus pauvres et la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement. Les applications nucléaires présentent un intérêt remarquable dans les domaines suivants :

- santé humaine : prévention, diagnostic et traitement des maladies (cancer, maladie cardio-vasculaires), nutrition ;

- agriculture et sécurité alimentaire : amélioration des techniques agricoles, conservation des aliments frais ;

- protection de l’environnement : protection de l’environnement marin (études sur l’acidification des océans) ;

- applications industrielles : radio-traitement (alternative aux transformations chimiques pendant la production et le traitement industriels qui permet notamment de réduire la dangerosité des effluents industriels), essais non destructifs par radiographie, préservation du patrimoine culturel.

En savoir plus
- Site du Département des applications nucléaires de l’AIEA (en anglais)
- Site de la Représentation permanente de la France auprès de l’AIEA

La question des déchets radioactifs

Comme toute activité humaine, les activités nucléaires produisent des déchets dont le volume est faible mais dont la radioactivité peut représenter une menace pour l’environnement et les êtres vivants. En France, 1 kg de déchets nucléaires par habitant est produit chaque année (cela représente 0,04 % des déchets industriels), dont 5 g restent fortement radioactifs.

C’est pourquoi les déchets radioactifs issus des activités nucléaires doivent faire l’objet d’une gestion rigoureuse et transparente, adaptée au type de déchets concernés.

C’est le cas en France où l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA) est en charge de la gestion de l’ensemble des déchets radioactifs en France.

La France étudie également la construction d’un stockage géologique profond (projet Cigéo) pour les déchets hautement radioactifs.

En savoir plus :
- Consulter le site de l’ANDRA
- Se renseigner sur le projet Cigéo
- Tout sur les déchets radioactifs : site éducatif édité par l’ANDRA, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.
- La recherche sur les déchets au CEA
- Animations sur la gestion des déchets radioactifs

En savoir plus sur la technologie nucléaire
- Lire le Rapport d’ensemble sur la technologie nucléaire 2014 de l’AIEA (PDF 3.2 Mo)

Partager